Dossier: Helenio Herrera : L’enfant du monde devenu père adoptif du Catenaccio

Légende, précurseur, novateur… Les adjectifs manquent pour décrire cet homme devenu l’un des plus grands personnages de l’histoire du football mondial. Cet homme, c’est Hélénio Herrera ancien joueur devenu par la suite entraîneur. Ses idées ainsi que ses méthodes de management ont marqué le foot sur plusieurs générations. Certains le considèrent comme l’inventeur du Catenaccio, système de jeu connu dans le monde entier. Mais HH, comme le surnommaient les supporters, a toujours réfuté cette affirmation. Cela n’empêche que son nom fait toujours partie de l’histoire. Nous allons s’intéresser à l’homme, son parcours, son idéologie, puis nous mettrons en lumière les différences entre ses idées et le catenaccio. Puis nous finirons par expliquer l’héritage laissé dans le monde du ballon rond.

Helenio Herrera Gavilàn

Helenio Herrera est né le 10 avril 1910 à Buenos Aires en Argentine, fils de parents d’origines Andalouses. Dans son jeune âge, ses parents décidèrent de migrer vers le Maroc, à Casablanca. Il obtiendra la nationalité Française à l’âge de 16 ans. Après des débuts comme défenseur au RC Casablanca, une détection réalisée par le CASG Paris lui permet d’arriver en France métropolitaine et de débuter une carrière Européenne. Herrera avait assimilé parfaitement les tactiques défensives d’avant guerre, basées sur le verrou Suisse (préceptes tactiques du Catenaccio).  Il disputa une honorable carrière de joueur, majoritairement en France (Charleville, Redstar, etc…) ce qui lui a permit de remporter, en 1942, une Coupe de France avec le Red Star, ainsi que deux convocations en équipe de France, sans jamais fouler la pelouse.

Il finira sa carrière de joueur à Puteaux, en additionnant la casquette d’entraîneur, sans se douter de ce qui lui arrivera par la suite. Il enchaînera avec un poste de préparateur physique en équipe de France entre 1946-1948, Valladolid, puis l’Atletico Madrid de 1949 à 1952 ou il remporta ses deux premiers titres de champions d’Espagne. Il remporta la Liga Espagnole deux nouvelles fois en 1959 et 1960 sur la banc du FC Barcelone cette fois-ci. C’est après ces expériences réussies en Espagne, qu’Herrera basculera dans une autre dimension, et marquera l’histoire du football : En rejoignant l’Inter Milan en 1960. Son règne de huit ans devint un véritable succès : Trois fois champion d’Italie, une victoire en Coupe d’Italie, trois fois à la deuxième place. Mais aussi et surtout : deux Coupes d’Europe des Clubs Champions, les deux premières de l’histoire du club Lombard, ainsi que deux coupes Intercontinentales.

Helenio Herrera soulevant la Coupe des Clubs Champions et la Coupe Intercontinentale
sous les couleurs de l’Inter Milan.

Ce succès donna à l’Inter d’Herrera, dirigée par le légendaire président Angelo Moratti, le nom de « Grande Inter » soit l’âge d’or du club Milanais. Mais en plus des résultats, Helenio changea complètement la vie du vestiaire, le rôle d’entraîneur et joueur, et mettra en place des idéologies tactiques qui resteront gravées dans l’histoire du football mondial. Suite à son passage à l’Inter, Herrera connaîtra un bref passage à la tête de la sélection Italienne (il fut le premier entraîneur étranger à la tête de l’Italie), la Roma, Rimini, puis retour à l’Inter. Il terminera sa carrière d’entraîneur en 1981 avec un retour de deux ans au FC Barcelone à l’âge de 71 ans. Il décédera le 9 Novembre 1997 à Venise en Italie.

Herrera est né en Argentine, migré vers le Maroc, détecté et effectuera ses débuts en France ou il sera par la suite naturalisé, connaîtra l’Espagne, puis décédera en Italie ou il sera enterré. Ses multiples destinations le feront se considérer comme un enfant du monde. Il dira « Je ne me sens ni Français ni Argentin, je suis mondial. »

Catenaccio ou le verrou Suisse

Le Catenaccio est un système, ou philosophie, de jeu visant à baser son jeu sur une défense solide. Le nom Catenaccio provient du l’Italien « verrou ». Le dispositif représentant le plus le modèle du Catenaccio, est une formation de type 5-4-1, avec une ligne de cinq devant la défense dont un libéro bas, deux milieux défensifs, deux milieux offensifs placés sur les ailes, et un attaquant de pointe.

Formation en 5-4-1 de type Catenaccio

Le premier entraîneur à avoir démocratisé ce système de jeu est l’Autrichien Karl Rappan à la tête du Servette Genève, il créera un poste de défenseur devant le gardien, n’étant affecté à aucun marquage qu’il appellera Libéro. Il sera réutilisé par la suite par Nereo Rocco en 1949, le premier entraîneur qui obtiendra de grands résultats avec ce système est Alfredo Foni avec l’Inter : deux titres de Champions en 53 et 54.

Mais celui qui obtiendra le plus de résultats, avec une approche tactique similaire est Helenio Herrera avec sa Grande Inter au début des années soixante. Il devient, à tort, le père du catenaccio alors que ses idéologies tactiques étaient beaucoup plus offensives. Il réfutera toute sa vie le terme de Catenaccio pour ses équipes. Mais les similitudes entre l’Equipe de HH et les premiers tests de Rappan seront trop fortes.

Le système du Catenaccio sera majoritairement utilisé en Italie dans les années suivantes, surtout par la Nazionale suite au décès tragique des joueurs du Torino, qui composaient l’ossature de l’équipe nationale Italienne, suite au crash d’un avion. Par la suite le Catenaccio sera amené à disparaître, surtout utilisé en cours de match afin de préserver un score réduit en mettant le pied sur la balle et jouant la défense. Les résultats liés à ce système berceront quand même quelques jeunes entraîneur qui bâtiront leur idéologie sur une défense solide tel José Mourinho.

Herrera, bien plus qu’une défense.

A la tête de son Inter, Hélénio Herrera mettra en place une équipe avec une défense à cinq, un poste de libéro devant le gardien (proche Rappan), mais surtout il innovera le poste de latéral. Son assise défensive, a pour but de projeter rapidement sur les ailes à l’aide des défenseurs extérieurs, pour prendre l’adversaire de cours. Un rôle proche du latéral moderne à la Dani Alves.

Modèle de la Grande Inter d’Helenio Herrera

Le plus marquant à cette époque est la valeur de la ligne d’attaque de l’équipe d’Herrera. Valant un milliard de lires Italiennes (soit 510 000 €) ce qui représente une somme colossale pour le football d’époque. L’idée du coach est de créer la surprise avec une rapidité d’exécution inédite, des joueurs de grand talent, et qui se sacrifient pour l’équipe.

« Je prône la verticalité et la vitesse. Il ne faut plus de trois passes pour arriver dans la surface adverse ».

Helenio Herrera

Instigateur du coach moderne

Herrera, qui aura fini premier de sa promotion d’entraîneur, aura aussi été un visionnaire et contribuera au changement du rôle d’entraîneur. Il n’est pas là pour mettre onze noms sur une feuille de match : Il adapte chaque tactique et chaque tâche sur le terrain par rapport à l’analyse de l’adversaire. Compétence proche des séances d’analyses vidéos qui peuvent exister aujourd’hui. Il est aussi le premier à mettre en place un contrôle du poids, de l’hygiène de vie et de la forme physique de ses joueurs : une pesée avant chaque match.

Concernant l’entraînement, les joueurs connaîtront de grands changements : il n’est pas question de courir uniquement derrière un ballon. Des séances de musculation et d’entraînement tactiques sont mis en place par le coach. Idée novatrice pour l’époque. Les entraînements en question sont très variés, les joueurs peuvent pendant plusieurs heures d’affilées s’entraîner uniquement avec la balle à la tête, avec la main, puis pied gauche et pied droit. Les Luis Suarez, Corso ou Jaïr pouvaient passer jusqu’à deux heures à tirer au but sur les pauvres Sarti ou Buffon sans jamais s’arrêter ni même se plaindre.

Car pour Herrera en plus du physique, le mental est essentiel dans le foot. Le but ultime: que le ballon doit faire partie intégrante du corps du joueur. Ceux qui n’étaient pas d’accord avec cela étaient amenés à s’en aller : La preuve avec la vente d’Angelilo, arrivé quelques semaines auparavant pour 130 millions de lires (57 000 €), car il ne s’entendait pas avec le coach.

Mais il était difficile de reprocher la difficulté de l’entraînement à Herrera, car ce dernier participait lui aussi à tous les exercices. Séance balle au pied comme entraînement mental, afin d’obtenir le respect de ses joueurs. Il était aussi un des premiers à parler avec franchise de valeur de l’argent dans le football. Il avait déjà conscience que la réussite de son club permettait à l’Inter de rentrer dans un cercle vertueux économique : depuis son arrivée, l’Inter a doublé ses recettes, ainsi que son nombre d’abonnés. Ce qui permet au club de s’offrir les meilleurs joueurs au monde.

« L’Italie est une nation qui paye plus dans le Football, que l’Espagne ou la France, aussi bien pour les entraîneurs que pour les joueurs professionnels. »

Herrera sur l’argent dans le monde du foot à l’époque.

En ayant la main mise sur tous les thèmes liés au poste d’entraîneur : l’alimentation, l’hygiène, le mental, les finances, il est envisageable de dire que le rôle d’Herrera était une révolution. Ses tâches ressemblaient énormément au rôle de manager à l’Anglaise actuel, ou le coach dispose de beaucoup plus de marge de manœuvre et de poids dans la prise de décision.

La réussite d’Herrera ainsi que son influence, ne lui vaudront pas que des éloges. Il est vivement critiqué par la presse en raison de son football dit défensif, et pour l’ampleur qu’il prend au sein du club : c’est l’une des premières fois qu’un coach est plus une star que ses joueurs. A chaque match, chaque déplacement, ou chaque prise de parole Herrera ne laisse personne indifférent. Et il en a bien conscience.

« On dit du mal seulement de celui qui vaut quelque chose. Si je ne valais rien personne ne dirait de mal ou de bien ».

Helenio Herrera

Aux yeux des supporters, Helenio était une légende, il avait gagné le cœur des Tifosi et en parle lui même « Les tifosi sont des centaines de milliers, nous partageons tout : leurs joies, leurs peines. » Le choix de l’Italie était pour lui une évidence : « L’Italie est la nation qui a le plus de passion pour le football. Bien plus que la France ou l’Espagne. »

Son seul point de discorde avec les Tifosi et la presse : son affiliation au Catenaccio, qu’il réfute avec la plus grande fermeté. Il est vrai qu’il pratique un football basé sur une défense solide, mais il aimait la vitesse, la verticalité et les contre-attaque. Il avait aussi une aversion pour les dribbles inutiles. Il est , en quelque sorte, le premier inventeur du couloir et du latéral moderne. Même après sa mort, sa femme continuera de se battre afin de retirer une bonne fois pour toute les parallèles entre le défunt Herrera et le Catenaccio. Pour la veuve, ceux qui croient cela ne connaissent rien au football.

Helenio Herrera Gavilàn

Aujourd’hui, Herrera est considéré comme une légende du Football mondial. Instigateur du rôle de coach moderne, contrôlant chaque élément au club, et pour qui le palmarès est tout bonnement incroyable. Il aura coaché de très grands joueurs : Jaïr, Luis Suarez, la grand capitaine Giacinto Facchetti. Mais au fond, c’était lui la véritable star de cette équipe. Un noble joueur qui est devenu un grand entraîneur, et laissera son empreinte sur la tactique mondiale. Malgré tout cela, il aura dû se défendre bec et ongles toute sa vie pour éloigner l’image d’inventeur du Catenaccio. Son seul regret : de ne jamais avoir entraîné en France, son pays d’adoption, à lui ce baroudeur du monde. Nul doute qu’Helenio continuera d’apparaître pendant de longues années dans nos livres de foot.

Après tout, il le disait lui même « Si je ne valais rien, personne ne parlerai de moi ».

MAGNANI Marco

Le 11/04/2020

Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire mon article.

Si vous avez apprécié mon travail, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux.

Abonnez-vous à la newsletter pour ne manquer aucune nouvelle publication !

Vous pouvez soutenir le projet gratuitement via uTip. Il vous suffit de regarder quelques vidéos par jour, afin que je perçoives quelques centimes. En soit ce n’est pas beaucoup mais pour moi c’est déjà énorme. Merci de votre lecture et à bientôt.

Me soutenir sur uTip en cliquant ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s